Cultivez-vous une entreprise positive ?

Les institutions positives créent un environnement d’éducation ou de travail qui facilite l’expression des émotions et des valeurs morales. Les caractéristiques d’une institution positive sont: l’altruisme, le civisme, la modération, la tolérance et la responsabilité. Elles sont ancrées dans le monde réel.

Dans un monde en constante évolution, où les métiers non conventionnels et les technologies prennent de plus en plus de place, il est important d’autoriser les ruptures par rapport aux traditions.

L’empathie, un facteur clé du leadership

Menegazzo et al. (2015) ont démontré l’impact de ces institutions positives sur le travail. Sur 69 équipes, ils ont découvert que l’empathie, concept fondamental de la psychologie positive, était un facteur clé de leadership et de performance d’équipe. Voir la chronique d’Yves Le Bihan sur le leader altruiste dans Harvard Business Review.

Le concept PERMA créé par Martin Seligman est intégré dans ces institutions positives dans les entretiens d’évaluation par exemple, pour s’assurer que les collaborateurs comprennent leur rôle et y trouvent du sens. PERMA met en avant nos forces et nos valeurs pour nous accomplir dans la vie de façon optimale.

Le pouvoir d’un espace de travail positif

Si nous sommes inondés de stimuli négatifs, nous allons former un biais de perception négatif, nous focaliser sur les critiques et expériences désagréables. Le doute s’installe sur nos compétences.

Au contraire, dans un environnement positif, nous pouvons nous dépasser. Les stimuli positifs, les félicitations, les retours constructifs induisent un biais de perception positif. Nous prenons conscience de nos succès, de nos qualités et nous sentons en confiance, prêts à innover et donner le meilleur de nous-mêmes.

Les 3 étapes pour créer une institution positive

Les 3 ingrédients essentiels pour construire un environnement de travail positif sont :

  1. Empathie : les leaders positifs doivent exprimer leur empathie pour créer une harmonie dans l’équipe. Un leader devrait être perçu comme « l’un des nôtres », voir un serviteur, par son équipe et pas comme un « supérieur ».
  2. Unification : se focaliser sur le travail en équipe, la cohérence sociale pour créer un sentiment d’appartenance et d’engagement.
  3. Enthousiasme positif : tenir des réunions d’équipe, encourager les initiatives des salariés, autoriser les collaborateurs à créer quelque chose de nouveau qui ait du sens pour le groupe. Cela rassemble les personnes de façon authentique et diffuse une énergie positive et contagieuse.

Le respect, la pleine conscience et la moralisation sont des facteurs clés de ces nouvelles institutions positives. Un environnement positif nourrit la créativité, la satisfaction et le mouvement. Pour construire un monde positif, commençons par œuvrer dans notre environnement quotidien.

Céline Simonnet Lafont