Embaucher des employés qui rentrent dans le moule : facilité ou risque ?

Pour ceux qui ont la chance de faire carrière en faisant ce qu’ils aiment, le travail est une joie quotidienne qui défie l’intelligence et nourrit les flammes de la passion. Mais pour beaucoup, le travail peut se résumer à une nécessité transactionnelle, un échange de temps, d’efforts et de liberté pour un salaire.

Selon un sondage Gallup 2015, 68 pour cent des employés ont déclaré ne pas se sentir engagés au travail, un chiffre qui est resté stable pendant plus d’une décennie. Mais généralement, quand les gens rejoignent une organisation, ils sont excités et désireux de plonger dans le travail. Alors qu’est-ce qui sonne la fin de la lune de miel et la transforme en une épreuve?

La pression de se conformer sonne la fin de la lune de miel en entreprise

« J’entends beaucoup de gens dire, dès qu’ils entrent, qu’ils ressentent la pression de se conformer » à la culture et aux normes de l’entreprise, a déclaré Francesca Gino, une professeure de Harvard Business School qui étudie le comportement au travail et se demande pourquoi les employés sont désenchantés.

Pour se conformer, de nombreux employés expriment délibérément ou inconsciemment des émotions, des opinions ou sont d’accord avec des idées qui semblent populaires, même si elles ne reflètent pas fidèlement leur véritable identité. Ou ils peuvent accepter les notions et les normes qui prévalent sans remettre en question le statu quo pour apparaître comme des collaborateurs agréables.

À court terme, l’adaptation peut sembler appropriée, facilitant ce qui peut être une transition troublante dans un nouvel environnement. Mais la recherche de Gino suggère que tasser l’individualité déclenche des sentiments d’inauthenticité. Au fil du temps, cela peut créer une anxiété qui laisse les gens peu enthousiastes et non engagés dans leur travail.

En fin de compte, cela peut s’avérer préjudiciable aux employés et aux employeurs. Les travailleurs désengagés connaissent des niveaux plus élevés d’ennui et de stress, ce qui peut mener à l’épuisement professionnel et à un turnover accru du personnel. La performance professionnelle a également tendance à en pâtir. La productivité, l’innovation et la pensée créative déclinent au fur et à mesure que la complaisance s’installe et que l’engagement envers l’entreprise diminue, ce qui constitue un désavantage commercial certain.

Alors que la plupart des entreprises déclarent vouloir des travailleurs engagés ou embaucheront du «sang neuf» pour apporter de nouvelles perspectives, peu d’entre elles se contenteront d’insister sur l’importance de la créativité et des idées nouvelles. Les dirigeants craignent que si le personnel s’exprime librement ou s’il est autorisé à gérer seul certaines décisions, la qualité et les autres normes institutionnelles pourraient décliner tout comme la productivité parce que les travailleurs donneraient la priorité à leurs propres besoins avant ceux de l’organisation.

« Au lieu de cela, c’est juste le contraire », a déclaré Gino. « Lorsque vous donnez aux gens l’opportunité d’être plus souvent eux-mêmes, plutôt que de se regarder à la porte quand ils arrivent au travail le matin, ils font ressortir le meilleur d’eux-mêmes. »

Quelques interventions pour une approche différente du travail

Lutter contre la conformité ne nécessite pas de changements radicaux ou de déplacer les gens dans de nouvelles positions, a déclaré Gino.

« Les petites victoires sont importantes », a-t-elle déclaré. Modifiez les protocoles existants, puis testez-les pour voir s’ils produisent des résultats positifs. « Souvent, la meilleure façon de conduire de grands changements au sommet est d’avoir des preuves que de petits changements et une approche différente du travail peuvent avoir un impact significatif. »

D’autres interventions utiles incluent:

  • Embaucher pour des attitudes et qualités personnelles, en plus des compétences spécifiques;
  • Demander aux employés d’identifier leurs points forts, puis déterminer conjointement la meilleure façon de les utiliser;
  • Encourager un débat animé et la remise en question des acquis sans jeux de pouvoir;
  • Modéliser un comportement non conventionnel qui défie les attentes du personnel;
  • Créer une atmosphère de collaboration, pas de compétition;
  • Trouver des occasions de laisser les employés résoudre des problèmes et montrer leur personnalité.

Selon Gino, il n’y a pas d’approche universelle, mais chaque industrie et entreprise peut trouver des façons de tirer parti de la flexibilité et de la non-conformité. Les organisations qui réussissent le mieux essaient de trouver un juste équilibre entre la liberté et la structure, et les dirigeants ou les gestionnaires ont clairement défini ce qui est juste et ce qui ne l’est pas.

Exhorter les employés à être plus authentiques ne signifie pas réduire les attentes, éliminer les règles, ou laisser les travailleurs se présenter au bureau en pyjama, a-t-elle averti.

«Vous voulez que les gens soient bons à l’exécution, mais vous voulez aussi des gens qui ne tiennent pas pour acquis les procédures et les traditions, mais demandent:« Et si elles étaient différentes? » Parce que c’est ce qui mène à l’innovation et aussi ce qui vous conduit à rester engagé », a déclaré Gino.

Céline Simonnet Lafont – Guide du Bonheur au Travail