Leader positif en action: 10 minutes pour vous entraîner à l’écoute empathique

Pourquoi vous devriez essayer l’écoute empathique

Souvent, nous écoutons un interlocuteur sans vraiment l’entendre. Dans le processus, nous manquons des occasions de communiquer avec cette personne – et elle risque même de se sentir négligée. Cet exercice vous aide à exprimer un intérêt actif pour ce que l’autre personne a à dire et à faire entendre, un moyen de favoriser l’empathie et la connexion. Cette technique est particulièrement bien adaptée aux conversations difficiles (comme les conflits entre collaborateurs) et pour exprimer son soutien. La recherche menée par Weger, H., Castle Bell, G., Minei, E. M., & Robinson, M. C. (2014) suggère que l’utilisation de cette technique peut aider les autres à se sentir mieux compris et à améliorer la satisfaction relationnelle.

Essayez de consacrer au minimum 10 minutes par semaine à cet exercice pour vous entraîner à l’écoute empathique.

Comment ça marche en 7 étapes ?

Trouvez un endroit calme où vous pouvez parler avec un(e) partenaire sans interruption ou distraction.

Invitez-le(la) à partager ce qu’il(elle) a à l’esprit. Et pendant qu’il ou elle s’exécute, essayez de suivre les étapes ci-dessous. Vous n’avez pas besoin de couvrir chaque étape, mais plus vous en couvrez, plus cette pratique est susceptible d’être efficace.

  1. Reformuler. Une fois que l’autre personne a fini d’exprimer une pensée, reformulez ce qu’il ou elle a dit pour vous assurer de comprendre et pour montrer que vous faites attention. Voici des façons utiles de reformuler : «Ce que je vous entends dire est …» «On dirait …» et «Si je vous comprends bien …»
  2. Poser des questions. Le cas échéant, posez des questions pour encourager l’autre personne à développer ses pensées et ses sentiments. Évitez de tirer des conclusions sur ce que sous-entend l’autre personne. Au lieu de cela, posez des questions pour clarifier son sens, par exemple: «Quand vous dites ____, voulez-vous dire ____» ?
  3. Exprimer de l’empathie. Si l’autre personne exprime des sentiments négatifs, efforcez-vous de valider ces sentiments plutôt que de les remettre en question ou de les défendre. Par exemple, si la personne exprime de la frustration, essayez de comprendre pourquoi il ou elle ressent cela, peu importe si vous pensez que ce sentiment est justifié ou si vous le ressentiriez vous-même si vous étiez dans sa position. Vous pourriez répondre «Je peux sentir que vous vous sentez frustré» et même «Je peux comprendre comment cette situation pourrait causer de la frustration».
  4. Utilisez le langage corporel engagé. Montrez que vous êtes engagé et intéressé en établissant un contact visuel, en inclinant la tête, en faisant face à l’autre personne et en maintenant une posture corporelle ouverte et détendue. Évitez de vous laisser distraire par votre environnement ou de vérifier votre téléphone. Soyez conscient de vos expressions faciales : évitez les expressions qui pourraient exprimer une désapprobation ou un dégoût.
  5. Évitez le jugement. Votre but est de comprendre la perspective de l’autre et de l’accepter pour ce qu’elle est, même si vous n’êtes pas d’accord avec elle. Essayez de ne pas interrompre avec des contre-arguments ou de préparer mentalement une réfutation pendant que l’autre personne parle.
  6. Évitez de donner des conseils. La résolution de problèmes est susceptible d’être plus efficace après que les deux interlocuteurs aient compris la perspective de l’autre et se sentent entendus. Passer trop vite à donner des conseils peut être contre-productif.
  7. À tour de rôle. Une fois que l’autre personne a eu l’occasion de parler et que vous avez participé aux étapes d’écoute active ci-dessus, demandez-lui si vous pouvez partager votre point de vue. Lorsque vous partagez votre point de vue, exprimez-vous aussi clairement que possible en utilisant des affirmations «je» (par exemple, «je me sens dépassé lorsque vous ne m’aidez pas dans cette tâche»). Il peut également être utile, le cas échéant, d’exprimer de l’empathie pour la perspective de l’autre personne (par exemple, «je sais que vous avez été très occupé ces derniers temps et que vous ne voulez pas me laisser dans l’expectative …»).

Une technique de prévention ou résolution des conflits

L’écoute empathique aide les interlocuteurs à mieux comprendre les points de vue des uns et des autres et à se sentir mieux compris et moins menacés. Cette technique peut prévenir les malentendus et épargner des sentiments blessés des deux côtés. En améliorant la communication et en empêchant l’escalade des arguments, l’écoute empathique peut rendre les relations plus durables et plus satisfaisantes.

Pratiquer l’écoute empathique avec quelqu’un proche de vous peut aussi vous aider à mieux écouter lorsque vous interagissez avec d’autres personnes dans votre vie, comme des collègues ou des collaborateurs ou des managers.

Céline Simonnet Lafont