Pourquoi et comment renforcer la flexibilité de votre cerveau ?

C’est une croyance communément admise qu’une fois que nous atteignons l’âge adulte, nos cerveaux sont «câblés» et incapables de changements spectaculaires. Cependant, la recherche de ces dernières années a conduit les neuroscientifiques à croire que nos cerveaux sont en réalité beaucoup plus malléables, flexibles et capables de changer physiquement et psychologiquement que nous le pensions d’abord.

Tout au long de notre enfance et de notre adolescence, notre cerveau grandit et change naturellement, subissant des changements drastiques. Une fois que nous atteignons l’âge adulte à environ 25 ans, notre cerveau cesse naturellement de former de nouvelles voies neuronales et nos habitudes, nos préjugés et nos attitudes deviennent plus figés et plus difficiles à changer.

Néanmoins, il n’est pas impossible d’entraîner notre cerveau à changer plus tard dans la vie et tout au long de l’âge adulte. Il existe des moyens pratiques d’intégrer de nouvelles habitudes dans votre routine quotidienne, ce qui vous aidera à garder votre cerveau flexible au-delà de votre jeunesse et tout au long de votre vie.

1. Neuroplasticité

La neuroplasticité est la capacité du cerveau à se modifier constamment en créant de nouvelles voies neuronales et en perdant celles qui ne sont plus utilisées. Encourager la neuroplasticité du cerveau est la clé de l’apprentissage adulte soutenu et de l’intelligence émotionnelle, ce qui aidera le cerveau à rester ouvert d’esprit, intuitif et capable de surmonter les préjugés tout au long de l’âge adulte.

Malheureusement, garder votre cerveau flexible n’est pas aussi simple que de faire un sudoku ou des mots croisés quotidiens. Pour que le cerveau se reconnecte, il faut une pratique soutenue d’un nouveau comportement qui stimulera suffisamment le cerveau à penser d’une manière nouvelle. Imaginez à quel point il est difficile d’apprendre une nouvelle langue ou de prendre en main un nouvel instrument – c’est à quel point votre cerveau a besoin de travailler pour stimuler la croissance et forger de nouvelles voies neuronales.

2. Agilité du cerveau

Le recadrage de votre approche actuelle des situations et le développement des fonctions cérébrales que vous sous-utilisez actuellement peuvent aider à maximiser la performance du cerveau à travers des tâches diverses et peu familières.

La plupart des gens sont câblés pour éviter les pertes plutôt que sur l’acquisition de gains, par exemple, la plupart des gens préfèrent ne pas perdre 50€ que de trouver 50€. Cependant, mettre votre cerveau hors de sa zone de confort et développer les compétences avec lesquelles vous luttez peut aider le cerveau à devenir plus flexible et plus résistant aux changements de tâches et à la concentration.

Nous avons tous développé des compétences particulières basées sur les exigences quotidiennes de nos cerveaux au travail et à la maison, mais avec le monde du travail en constante évolution nos cerveaux devront continuellement renouveler nos compétences et être adaptable à de nouvelles situations et façons de penser.

Le développement d’un cerveau agile pourrait être plus important que vous ne le pensez – car nous voyons l’automatisation remplacer plus de travaux associés à la pensée systématique, et nous aurons besoin de développer notre capacité à penser de façon créative, intuitive et emphatique pour nous adapter aux changements du marché de l’emploi.

3. Maîtrise des mentalités

La théorie récente développée par le professeur de Stanford Carol Dweck a suggéré que le cerveau de la plupart des gens peut être décrit comme ayant un état d’esprit fixe ou de développement. Quelqu’un avec un état d’esprit fixe évite de nouveaux défis par peur de l’échec, tandis que quelqu’un avec une mentalité de développement voit les nouveaux problèmes quotidiens comme des opportunités à saisir et à embrasser dans le cadre d’une expérience d’apprentissage plus large. Ceux qui ont un état d’esprit fixe prétendent que les compétences et les aptitudes sont innées, cependant Dweck soutient que les personnes qui réussissent le mieux ont tendance à avoir une mentalité de développement et un désir constant d’apprendre et de grandir personnellement tout au long de leur vie.

En vieillissant, il peut sembler plus difficile et plus vain d’essayer de nouvelles choses que nous croyons ne pas réussir, mais en prenant conscience de notre résistance au changement, il est possible de nous entraîner à surmonter cette résistance et à nous exposer à de nouvelles activités.

Au lieu d’éviter de tester un nouveau passe-temps par peur de l’échec, sortez de votre zone de confort et essayez-le. Vous serez surpris de la façon dont vous allez développer de nouvelles façons de penser par essais et erreurs et comment cela va améliorer votre résilience et votre flexibilité.

4. Simplicité

Appuyer sur le bouton pause de notre vie quotidienne trépidante et aider à simplifier le travail de notre cerveau peut avoir un impact surprenant sur sa capacité à grandir et à changer.

Concentrer toute notre attention sur le moment présent et notre propre respiration dans l’acte de pleine conscience peut avoir des avantages physiques à court et à long terme sur le cerveau. À court terme, il diminuera notre stress en réduisant nos niveaux d’hormone de stress cortisol dans le sang.

À plus long terme, si elle est pratiquée régulièrement (environ trois fois par semaine), elle entraînera une augmentation de la gyrification – la formation de plus de plis dans le cortex préfrontal. Ceci est important car le cortex préfrontal est la partie du cerveau associée à nos fonctions exécutives supérieures, à savoir notre capacité à penser avec souplesse et créativité, à basculer entre les tâches et à prendre des décisions raisonnables. Essayez de travailler un certain type de pleine conscience dans votre routine quotidienne, en méditant ou en faisant du yoga avant de vous coucher.

Mieux comprendre comment fonctionne votre cerveau peut vous aider à comprendre l’importance de garder votre cerveau flexible tout au long de votre vie. Changer constamment votre façon de penser et d’aborder les situations peut ne pas sembler naturel, mais travailler sur notre capacité à rester émotionnellement intelligent, intuitif et flexible nous sera bénéfique à mesure que nous vieillirons.

 

Céline Simonnet Lafont – Guide du Bonheur au Travail